• Cabaret-Olivier-Desbordes

Fête suspendue au dessus d’un gouffre

La comédie musicale de John Kander, « Cabaret » (1966), dans la vision perturbante d’Olivier Desbordes, a été l’un des temps forts de l’édition 2014 du festival de Saint-Céré. Le metteur en scène retrouvera cet été lors de ce même festival un contexte semblable avec « L’Opéra de Quat’sous » de Kurt Weill, créé à Berlin en 1928.

Fête suspendue au dessus d’un gouffre

La comédie musicale de John Kander, « Cabaret » (1966), dans la vision perturbante d’Olivier Desbordes, a été l’un des temps forts de l’édition 2014 du festival de Saint-Céré. Le metteur en scène retrouvera cet été lors de ce même festival un contexte semblable avec « L’Opéra de Quat’sous » de Kurt Weill, créé à Berlin en 1928.

L’action de Cabaret a pour cadre les nuits de la capitale allemande, à une époque particulièrement troublée de son histoire. C’est le lieu des excès les plus fous et de tous les possibles, une période de création et de liberté, où l’on ose tout. Mais derrière l’éclat des paillettes, quelque chose d’effrayant est en marche. Le spectacle d’Olivier Desbordes, porté par une troupe explosive, exprime de manière poignante l’urgence de rire encore une fois et d’oser vivre, dans un monde qui bascule dans les ténèbres.

Agrandir

L’action de Cabaret a pour cadre les nuits de la capitale allemande, à une époque particulièrement troublée de son histoire.
L’action de Cabaret a pour cadre les nuits de la capitale allemande, à une époque particulièrement troublée de son histoire.

Photo : Guy Rieutort

« Willkommen, Bienvenue, Welcome ! »

Ces formules de bienvenue en trois langues, chantées par le maître de cérémonie, ont été immortalisées par le film que Bob Fosse a réalisé en 1972, d’après cette comédie musicale, avec Liza Minnelli. Elles reflètent l’ouverture artistique et inintellectuelle qui régnait alors à Berlin, et son aspect cosmopolite. Olivier Desbordes a précisément choisi de raconter une histoire d’artistes et de gens de théâtre, et le décor représente une cour d’immeuble bordée par des coulisses et des loges d’acteurs. La confusion entre la fiction et la réalité, le grotesque et le pathétique, est partout, et le maître de cérémonie orchestre une fête où l’on se dépêche de rire avant d’être obligé de pleurer.

Le spectacle d’Olivier Desbordes, porté par une troupe explosive, exprime de manière poignante l’urgence de rire encore une fois et d’oser vivre, dans un monde qui bascule dans les ténèbres

A la fois narrateur, démiurge et témoin, Eric Perez insuffle à cette figure inquiétante une présence tourbillonnante, dans la chronique d’un désastre annoncé. C’est un rôle énorme, à la mesure de son talent et de sa sensibilité. Son jeu est sans cesse en mouvement : il amuse, trouble, questionne et nous échappe, et rappelle Helmut Berger dans son personnage insaisissable des Damnés de Luchino Visconti (1969) au cinéma.

Agrandir

L'écrivain en mal d’inspiration s’éprend de Sally Bowles, l’une des chanteuses du cabaret
L'écrivain en mal d’inspiration s’éprend de Sally Bowles, l’une des chanteuses du cabaret

Photo : Guy Rieutort

Agrandir

Ce cabaret, le Kit Kat Klub, a une fenêtre ouverte sur l’extérieur grâce aux créations vidéo de Béranger Thouin qui dévoilent des archives historiques, et des façades de théâtres berlinois en noir et blanc, renforçant le mélange entre l’illusion et le réel. Des personnages authentiques et hauts en couleur gravitent autour de ce lieu de la nuit : un écrivain en mal d’inspiration s’éprend de Sally Bowles, l’une des chanteuses du cabaret ; leur logeuse, Fräulein Schneider, est sur le point d’épouser l’épicier juif Herr Schultz. La chanteuse de jazz et de blues China Moses, fille de la célèbre Dee Dee Bridgewater, interprète avec une bouleversante sensibilité la première. Elle exprime, dans une énergie débordante et communicative, l’envie de vivre par delà les menaces, et elle enflamme le plateau par un chant rempli de lumière.

A la fois narrateur, démiurge et témoin, Eric Perez insuffle à cette figure inquiétante une présence tourbillonnante, dans la chronique d’un désastre annoncé

Agrandir

Nicole Croisille apporte son tempérament hors du commun
Nicole Croisille apporte son tempérament hors du commun

Photo : Guy Rieutort

Nicole Croisille apporte son tempérament hors du commun à la seconde, avec quelques instants de grâce et de poésie. Elle trouve en particulier dans cette figure de femme amoureuse, fragilisée par la montée de l’intolérance, les gestes touchants d’une petite fille : une enfance retrouvée pour faire face à l’horreur. Avant L’Opéra de Quat’sous que l’on verra notamment au festival de Saint-Céré cet été, cette magnifique artiste a connu un beau succès récemment dans la comédie musicale Irma la Douce au Théâtre de la Porte Saint-Martin. Les murs du Kit Kat Klub s’effritent, Sally Bowles perd son emploi et une locataire de Fräulein Schneider a dénoncé l’épicier juif. Le microcosme du cabaret est contaminé par la folie des hommes.

Un volcan sur le point d’entrer en éruption

Le volcan est un texte de Klaus Mann paru en 1939. Il évoque ces jeunes qui, à l’époque, se glissaient dans des nuits semblables à celles du cabaret, sans réaliser l’imminence de la menace qui planait sur l’Europe. La proximité d’un tel volcan se manifeste dans le spectacle lorsque Ernst Ludwig ôte son imperméable, de façon anecdotique, dévoilant un brassard nazi.

La fête pourrait nous laisser croire que l’on est à l’abri

Le Kit Kat Klub s’absorbe dans les excès les plus fous, explore les désirs les plus secrets, tandis que les images vidéo révèlent une réalité de plus en plus sombre. La fête pourrait nous laisser croire que l’on est à l’abri, comme ce bal costumé pour échapper à une épidémie de peste dans Le Masque de la Mort Rouge d’Edgar Poe (1842). Dans Cabaret, l’on se travestit et l’on se masque également beaucoup. La chorégraphie très expressionniste de Glyslein Lefever exhibe la part d’ombre et la noirceur, tellement proche. Le voile de la fête fait songer aussi, dans une même thématique d’artistes mis à mal, à une pièce de Federico Garcia Lorca, Sans titre (1936), où des acteurs se pensent protégés de la réalité, qui les rattrape finalement, parce qu’ils répètent une pièce de Shakespeare.

Les derniers instants laissent sans voix. Herr Schultz chante, déguisé en clown. Patrick Zimmermann donne à ce rôle des accents d’une sincérité poignante. Derrière lui, ces images d’époque auxquelles on s’est habitué. Elles représentent un train. La destination se précise dans un ultime éclat de rire : Arbeit macht frei, l’arrivée dans un camp. Le maître de cérémonie se tire une balle dans la tête.

Une grande partie de cette troupe est réunie pour la reprise de L’Opéra de Quat’sous, une œuvre qui appartient à cette époque troublée. On retrouve notamment Nicole Croisille, Patrick Zimmermann, Samuel Theis et Eric Perez, qui signe aussi la mise en scène avec Olivier Desbordes. Le spectacle a été créé à Clermont- Ferrand en novembre dernier. Il ne faudra pas manquer ses reprises aux prochains festivals de Figeac et Saint-Céré et en tournée en 2017.

Texte : Christophe Gervot

Photos : Guy Rieutort

Entre-les-lignes-valises

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

Édito de la semaine

Christophe Gervot est le spécialiste opéra de Fragil. Du théâtre Graslin à la Scala de Milan, il parcourt les scènes d'Europe pour interviewer celles et ceux qui font l'actualité de l'opéra du XXIe siècle. Et oui l'opéra, c'est vivant ! En témoignent ses live-reports aussi pertinents que percutants.

L'édito

Ne pas se faire manger

Alors que Jet FM fête ses 30 ans, le média Fragil, engagé à poser un regard alternatif sur l’actu culture et société, célèbre ses 14 ans d’existence avec un site refait à neuf. Dépoussiéré, responsive, ce nouveau portail met en lumière l’éducation aux médias et aux outils numériques menée au quotidien par Fragil, pan mal connu de vous lecteur, en plus de rendre justice, enfin, au talent de nos photographes et artisans de l’image. D’autres nouveautés sont à découvrir au gré des clics…A vous de jouer !

Parmi elles, les articles en une cette semaine. Où les majors gagnent du terrain dans la course au pressage des vinyles face aux labels indé, où les militants anti-corrida alertent sur la barbarie d’une pratique encore légale dans l’Hexagone et où le pilote de Taxi-Jet souligne le pas de côté constant de Jet la radio curieuse.

Objectif : ne pas se faire manger, prendre position, se démarquer.

2016
juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

L’industrie du vinyle : l’objet d’art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23
Le jazz est-il encore possible

Le jazz est encore possible !

20
map

#Veille01 : nuages de mots, alternatives et antipodes...

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03
hellfest bannière

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27
Doc Gyneco

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20
photo-saint-pierre-fragil-01

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13
bancgt

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29
Cabaret-Olivier-Desbordes

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29
Entre-les-lignes-valises

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21
Slogan-loi-travail-nantes-FRAGIL

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21
modigliani-lille-lam-fragil

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16
ibrahim-maalouf-nantes-fragil

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15
gentlemen-dub

Gentlemen du dub (not) only

15
Nuit-debout-nantes

Rêve général

15
Louise-attaque6

Louise contre-attaque

mars
11
BANlarge

Do you speak Irakien ?

février
19
banlarge

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05
banlarge

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
avril
12
une

"Sous les pavés, la plage !"