• Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

La culture du Sound System bat son plein. Festivals et soirées consacrés au dub poussent un peu partout à l'image du Dub camp de Carquefou (7-10 juillet). En guise d'échauffement, l'association nantaise Get up ! proposait récemment un premier rendez-vous autour d'une conférence à Trempolino. Fragil y était. On vous raconte.

Histoires de Dub

La culture du Sound System bat son plein. Festivals et soirées consacrés au dub poussent un peu partout à l'image du Dub camp de Carquefou (7-10 juillet). En guise d'échauffement, l'association nantaise Get up ! proposait récemment un premier rendez-vous autour d'une conférence à Trempolino. Fragil y était. On vous raconte.

Pour ce premier rendez-vous à Trempolino, Get Up !, en partenariat avec Prun’, a organisé une conférence rassemblant Emmanuel Maizeret, dit Daddy Reggae, la réalisatrice et activiste dub Nathalie Valet, ainsi que des membres du sound system nantais RDH Hifi. Une exposition composée de photographies de Sébastien Carayol et de peintures de l’artiste Sil Cunningham embellit les murs de la salle. Pour les plus curieux, RDH Electronics a mis en place un panneau didactique qui nous montre en temps réel le fonctionnement basique d’un Sound System. Pas loin d’une centaine de personnes remplit la salle, en quête d’informations et d’anecdotes. Le public est surtout jeune, mais reste bien hétérogène. Pour l’anecdote, on n’aperçoit vraiment très peu de dreadlocks, contrairement à l’image standard que certains pourraient avoir en tête.

Conçus au départ comme une sorte de discothèque ou de soirée itinérante, ces rassemblements, qui permettent aux gens de danser et d'échanger, connaissent un succès extrêmement populaire
Emmanuel Maizeret, dit Daddy Reggae, la réalisatrice et activiste dub Nathalie Valet, ainsi que des membres du sound system nantais RDH Hifi sont réunis pour cette conférence.

Emmanuel Maizeret, dit Daddy Reggae, la réalisatrice et activiste dub Nathalie Valet, ainsi que des membres du sound system nantais RDH Hifi sont réunis pour cette conférence.

Métissage à la Jamaïque

Comme toujours, et afin de mieux comprendre le pourquoi de l’existence d’une culture, il faut revenir en arrière dans l’histoire. Face à un manque de salles festives et à de nombreuses personnes n’ayant pas accès à la radio, les sound systems sont nés dans les années 50 en Jamaïque. Conçus au départ comme une sorte de discothèque ou de soirée itinérante, ces rassemblements, qui permettent aux gens de danser et d’échanger, connaissent un succès extrêmement populaire. Mouvement qui rappelle sans doute les block parties américaines, où la figure du DJ avec sa collection de 45-tours joue un rôle primordial. Et c’est précisément et en partie grâce à cette connexion avec les État-Unis et ses bases militaires, que les premiers vinyles de jazz, soul ou rythm and blues vont atterrir et tourner sur les platines de cette île des Caraïbes. Ces sons venus d’ailleurs vont très vite se mélanger, et modifier pour toujours les musiques traditionnelles antillaises. La créativité des musiciens jamaïcains, unie à cette influence étrangère, donne lieu à de nouveaux styles comme le ska, le rock steady et même le reggae.

Une vraie compétition s'installe entre les sound-systems des quartiers de Kingston, qui cherchent à posséder les meilleurs vinyles locaux et d'outre-mer ou à offrir un volume toujours plus puissant.

Les années qui suivent seront d’une importance notoire pour l’histoire de la musique : le rythme de production de tunes s’intensifie. Une vraie compétition s’installe entre les divers sound-systems des quartiers de Kingston, qui cherchent à posséder les meilleurs vinyles locaux et d’outre-mer ou à offrir un volume toujours plus puissant que les autres. Des maisons de disques sont créées et l’industrie se spécialise…

Un succès par accident

Une centaine de personnes est réunie pour cette conférence sur l'histoire du sound system à Trempolino.

Une centaine de personnes est réunie pour cette conférence sur l’histoire du sound system à Trempolino.

Mais ce sera par accident que le dub va finalement entrer en scène en 1967. Le DJ Rudy Redwood, qui fait partie du sound-systemSupreme Ruler of Sound balance le premier morceau de reggae en version instrumentale sur une piste de danse. Il manque en fait à cette version la partie vocale, en raison d’une erreur de gravure du disque-test en acétate ou dubplate. L’auteur de cette anecdote, c’est le fameux King Tubby, qui à l’époque travaillait comme ingénieur du son chez le label Treasure Isle. À la surprise de tous, le succès est immense du côté du public. Mais cet épisode marque aussi une époque dans l’industrie : King Tubby sera tout de suite employé par les producteurs de reggae, en réalisant les versions instrumentales des morceaux pour la face B des 45-tours des groupes locaux. La coupe de pistes, ainsi que des effets comme la réverbération, l’écho, ou le phaser vont définir ce style musical, et seront largement étudiés et modifiés par Tubby lui-même et Lee « Scratch » Perry entre autres.

Pour les plus curieux, RDH Electronics a mis en place un panneau didactique qui nous montre en temps réel le fonctionnement basique d’un Sound System.

Pour les plus curieux, RDH Electronics a mis en place un panneau didactique qui nous montre en temps réel le fonctionnement basique d’un Sound System.

Pour montrer l’ampleur et la richesse de cette culture, le modérateur Philip Papayatik s’appuie au cours de la soirée sur quelques morceaux du documentaire Dub Stories.

Pour montrer l'ampleur et la richesse de cette culture, le modérateur Philip Papayatik s'appuie au cours de la soirée sur quelques morceaux du documentaire Dub Stories de Nathalie Valet

Ce travail, sorti en 2006 et signé Nathalie Valet, présente lors de la conférence, est disponible aujourd’hui en intégralité sur Youtube (ne vous inquiétez pas, elle est bien contente du fait que son documentaire soit en ligne et de façon gratuite). Malgré certains points de divergence, tous les acteurs qui sont réunis ce soir-là sont d’accord sur un point : pour réussir dans ce milieu, il faut l’aimer. Il faut, sans doute, être engagé et passionné jusqu’au bout.

La fin de cette soirée se déroule à l’extérieur de Trempolino, dans le plus pur style jamaïcain de l’époque avec le Truck System d’Emmanuel Maizeret. Les gens dansent dans une ambiance bon enfant au rythme des classiques du root reggae, du ska, du rock steady, du dub


Pour réécouter la conférence, c’est par ici.

Pour les plus passionnés, l’association Gep Up ! propose une autre date à ne pas louper : la Fête de la Musique le mardi 21 juin, avec Musically Mad Sound System + Zion Gate Hi-Fi.

Texte : Xoel Freire

Photos : David Gallard / Clack pour Trempolino

Chez le disquaire Mélomane.

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

falstaff

« Le monde entier est une farce »

C'est au travers de reportages photo et vidéo que Xoel fait vivre les événements culture et société. De la Nuit Debout au festival "Couché!", du pavé à la scène, l'actu se mue en portraits, paysages et expérimentations visuelles.

L'édito

Édito de la semaine

Malgré des parfums de mouvement soixante-huitard, y a-t-il encore espoir de trouver le sable sous les pavés servant d’armes de fortune aux manifestants ? Les citoyens bougent dans les rues de France, et dans les rues de Nantes, rompues à l’exercice de la protestation depuis environ 40 ans de projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.
Les opposants à la loi El Khomri, mais pas seulement, emboîtant le pas aux Nuits parisiennes, se (re)lèvent depuis le 5 avril sur la place du Bouffay. Et débutent une nouvelle ère, celle d’un changement, encore indéfini, encore informel, mais bien en marche. A nouvelle ère, nouveau calendrier. Combien de temps encore se poursuivra ce mois de mars de l’an I, mois de la première Nuit Debout, à son 46ème jour en ce vendredi ? Entre la nostalgie de la croissance passée et l’espoir de faire bouger les lignes pour l’avenir, le mouvement Nuit Debout s’inscrit en tout cas dans un temps présent fondé sur le partage d’un « rêve général ».

.

 

 

2016
juin
23
Le jazz est-il encore possible

Le jazz est encore possible !

20
map

#Veille01 : nuages de mots, alternatives et antipodes...

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Chez le disquaire Mélomane.

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03
hellfest bannière

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27
Doc Gyneco

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

26
Featured Image Placeholder

Different issues with editus

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20
photo-saint-pierre-fragil-01

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13
bancgt

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29
Cabaret-Olivier-Desbordes

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29
Entre-les-lignes-valises

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21
Slogan-loi-travail-nantes-FRAGIL

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21
modigliani-lille-lam-fragil

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16
ibrahim-maalouf-nantes-fragil

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15
gentlemen-dub

Gentlemen du dub (not) only

15
Nuit-debout-nantes

Rêve général

15
Louise-attaque6

Louise contre-attaque

mars
11
BANlarge

Do you speak Irakien ?

février
19
banlarge

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05
banlarge

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
avril
12
une

"Sous les pavés, la plage !"