• Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

Vietnam. Berlin. Islande. New-York... Robin Santus immortalise ses voyages en argentique. Même si le numérique est omniprésent dans sa passion, l’argentique reste pour lui le moyen d’expression le plus authentique en matière de photographie. Rencontre.

Robin Santus, l’argentique dans la peau

Vietnam. Berlin. Islande. New-York... Robin Santus immortalise ses voyages en argentique. Même si le numérique est omniprésent dans sa passion, l’argentique reste pour lui le moyen d’expression le plus authentique en matière de photographie. Rencontre.

70 %. C’est le pourcentage que le photographe Robin Santus consacre au numérique dans sa passion. Malgré l’omniprésence de la photographie à pixels depuis plus de dix ans et sa qualité de plus en plus affirmée, ce passionné de photographie n’a pas délaissé pour autant ses bons vieux appareils argentiques. Robin Santus utilise un Leica M2 au boîtier d’une cinquantaine d’années, mais qui « ronronne comme au premier jour ». Le photographe utilise également un Nikon F2 et un Nikon FE2 avec des optiques comme le 45mm f/2.8 (formule Tessar) et le 55mm f/1.2 au rendu « extraordinaire ». Dans sa collection se cache aussi un Mamiya 6, moyen format à visée télémétrique, « simple et discret, deux critères très importants pour moi », se confie le passionné d’argentique depuis son enfance.

Photo Robin Santus

Robin Santus

Car l’argentique, Robin Santus l’a dans la peau. Durant son enfance, son père faisait de la photographie avec un Semflex, le Rolleiflex français, confie le photographe. Passion virale, l’enfant a vite été attiré par cette technique et a fini par emprunter le matériel de son père. La suite est logique, Robin Santus n’a plus jamais quitté son bijou.

Robin Santus utilise un Leica M2 au boîtier d'une cinquantaine d'années qui « ronronne comme au premier jour ».

C’est grâce à ses jobs d’été que l’adolescent a pu s’offrir son propre trésor, un Nikon Nikkormat FT2. Par la suite, l’apprentissage du développement noir et blanc s’est fait tout naturellement au club photo de son collège, ce qui a permis au photographe d’intégrer le Club des 30×40 à Paris et de côtoyer ainsi des grands noms de la photographie. Robin Santus s’est perfectionné aux côtés de Martin Parr, Raymond Depardon et de Ralph Gibson.

Photo Robin Santus

Photo Robin Santus

Un travail reconnu

La photo urbaine street photography et les paysages sont les thèmes qui reviennent le plus souvent dans le travail du photographe. Sa seule condition est qu’il doit toujours avoir une trace humaine dans chaque image. C’est pourquoi l’argentique séduit toujours autant Robin Santus. « Il y a un charme unique en noir et blanc comme en couleurs. En noir et blanc les tirages sont toujours de qualité supérieures par rapport aux meilleures imprimantes ». Pour le passionné de photographie, la diffusion de la lumière dans le papier baryté sera toujours irremplaçable. Le négatif représente une sécurité quant à la pérennité du support, ce qui rassure le photographe reconnu par ses pairs.

Robin Santus s'est perfectionné aux côtés de Martin Parr, Raymond Depardon et de Ralph Gibson...

Car des récompenses, ce n’est pas ce qu’il manque à ce passionné. Lauréat de plusieurs grands concours comme Un jour en France en 1988, le Grand Concours Agfa Multicontrast en 1997, la Dotation Photo Service des Rencontres de la Photographie d’Arles en 2003 et en 2004, le Grand Prix d’Auteur de la Fédération Française de Photographie en 2008 et le Prix du Jury Noir et Blanc Ilford en 2011.

Photo Robin Santus

Photo Robin Santus

Une autre vision du monde

Bien que la révolution numérique a permis à un plus grand nombre de personnes de se mettre à la photographie, les pratiques elles, ont bien changé. Les images se font beaucoup plus nombreuses, elles se retouchent facilement et le mode de diffusion a évolué, faisant du tirage sur papier un objet beaucoup plus intime et confidentiel. Ce qui avant était l’unique moyen de partager ses images est devenu un critère d’authenticité.

L’écran de l’appareil a, selon le photographe, fait émerger de nouveaux comportements. « Pendant un shooting, on peut montrer une image réussie au modèle, ce qui peut le détendre et le rassurer. On a pris l’habitude de consulter directement son écran après chaque prise. Mes modèles sont dans la rue, donc ils n’ont jamais le loisir de voir le résultat. C’est l’effet de surprise avec l’argentique ».

Le moyen utilisé est finalement sans importance tant qu'il y a une réflexion construite derrière.

Effet de surprise, émerveillement ou déception lors du développement, l’argentique oblige à réfléchir dans un monde où tout se fait naturellement en appuyant sur un bouton. Le rapport au temps change également, car faire de l’argentique c’est prendre son temps pour obtenir le résultat souhaité. Avec le numérique, le photographe peut être distrait par le résultat. L’argentique permet de rester concentrer et de garder le contact avec la réalité. Alors que les photos remplissent les disques durs, la réalité se fige sur le papier avec l’argentique.

Photo Robin Santus

Photo Robin Santus

Robin Santus estime que dans chaque déclenchement argentique, il y a la notion de prix qui fait que chaque prise de vue semble davantage réfléchie et travaillée. Si l’argentique peut repousser pour des questions de budget, le photographe précise que le film et le développement a bien un certain coût, la qualité du matériel est toujours présente après des années d’utilisation. « Il faut compter entre 50 et 100€ pour avoir du matériel argentique très convenable.

Alors que les photos remplissent les disques durs, la réalité se fige sur le papier avec l'argentique

Les appareils numériques sont chers et moins résistants aux années. Les logiciels ont aussi un coût. Le prix à la photo devient très vite important ». Pour ce passionné qui a appris à développer ses clichés avec une planche calée sur la cuvette des toilettes, où l’agrandisseur était posé, l’argentique possède un aspect esthétique qui donne lieu à plus de sensualité. Son support palpable est, selon le photographe, un critère rassurant.

Photo Robin Santus

Photo Robin Santus

Au-delà de la mode du vintage, les jeunes ont donc un réel besoin de retour à l’authentique et à la magie du temps qui s’arrête dans l’objectif. Le photographe en est certain, il n’y aura pas un retour total à l’argentique, car le numérique fait partie de notre quotidien. Les amoureux de l’argentique, à l’instar de Robin Santus, continuent de faire vivre cette pratique qui a su résister face aux nouvelles possibilités qu’offre le numérique.

Pratique magique et virale, le photographe a développé le magazine Flash ! avec ses deux fils et son compère Thomas Chauvin. Ainsi, il continue à chérir sa passion d’enfance qui ne l’a jamais quittée.

Photo Robin Santus

Photo Robin Santus

Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

Doc Gyneco

Doc Gynéco reprend les consultations

Jeune journaliste passionnée par les voyages, la photo et le vintage, Manon s'intéresse dans son dossier numérique aux mutations de la société 2.0 dans notre quotidien.

L'édito

Ne pas se faire manger

Alors que Jet FM fête ses 30 ans, le média Fragil, engagé à poser un regard alternatif sur l’actu culture et société, célèbre ses 14 ans d’existence avec un site refait à neuf. Dépoussiéré, responsive, ce nouveau portail met en lumière l’éducation aux médias et aux outils numériques menée au quotidien par Fragil, pan mal connu de vous lecteur, en plus de rendre justice, enfin, au talent de nos photographes et artisans de l’image. D’autres nouveautés sont à découvrir au gré des clics…A vous de jouer !

Parmi elles, les articles en une cette semaine. Où les majors gagnent du terrain dans la course au pressage des vinyles face aux labels indé, où les militants anti-corrida alertent sur la barbarie d’une pratique encore légale dans l’Hexagone et où le pilote de Taxi-Jet souligne le pas de côté constant de Jet la radio curieuse.

Objectif : ne pas se faire manger, prendre position, se démarquer.

2016
juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

L’industrie du vinyle : l’objet d’art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23
Le jazz est-il encore possible

Le jazz est encore possible !

20
map

#Veille01 : nuages de mots, alternatives et antipodes...

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03
hellfest bannière

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27
Doc Gyneco

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20
photo-saint-pierre-fragil-01

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13
bancgt

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29
Cabaret-Olivier-Desbordes

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29
Entre-les-lignes-valises

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21
Slogan-loi-travail-nantes-FRAGIL

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21
modigliani-lille-lam-fragil

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16
ibrahim-maalouf-nantes-fragil

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15
gentlemen-dub

Gentlemen du dub (not) only

15
Nuit-debout-nantes

Rêve général

15
Louise-attaque6

Louise contre-attaque

mars
11
BANlarge

Do you speak Irakien ?

février
19
banlarge

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05
banlarge

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
avril
12
une

"Sous les pavés, la plage !"