• falstaff

« Le monde entier est une farce »

Olivier Desbordes affiche régulièrement des partitions de Verdi au festival de Saint-Céré. Il mettra en scène cet été une nouvelle Traviata, après avoir présenté l’an dernier Falstaff, l’ultime opéra du compositeur. Retour sur un spectacle qui conclut l’itinéraire d’un artiste habité par le drame, sur un éclat de rire.

« Le monde entier est une farce »

Olivier Desbordes affiche régulièrement des partitions de Verdi au festival de Saint-Céré. Il mettra en scène cet été une nouvelle Traviata, après avoir présenté l’an dernier Falstaff, l’ultime opéra du compositeur. Retour sur un spectacle qui conclut l’itinéraire d’un artiste habité par le drame, sur un éclat de rire.

Falstaff (1893), présenté au festival de Saint-Céré en 2015, trouve sa source dans une comédie de Shakespeare, Les joyeuses commères de Windsor. Ainsi, six ans après le très sombre Otello, également inspiré d’une pièce du dramaturge anglais, Verdi choisit, pour son chant du cygne, un registre plus léger. Durant toute sa carrière, il n’a cessé de sublimer, par le chant et le théâtre, une douleur qui se décline en trahison, solitude, méprise ou désillusion.

Durant toute sa carrière, Verdi n’a cessé de sublimer, par le chant et le théâtre, une douleur qui se décline en trahison, solitude, méprise ou désillusion

Les hasards de sa biographie expliquent certainement des résonances que l’on trouve d’une œuvre à l’autre. A la suite de la perte de ses propres enfants, Giuseppe Verdi a notamment développé, de manière obsessionnelle, le thème de la paternité meurtrie. Les pères en souffrance ou en conflit se succèdent et ont pour noms Nabucco, Germont, Rigoletto ou Philippe II. Falstaff est l’histoire d’un bon vivant qui se fait duper par deux femmes et se retrouve pris au piège de désopilantes mystifications. C’est aussi une œuvre qui montre que l’amour peut être frivole. Elle s’achève sur une leçon de vie qui témoigne du chemin parcouru par le compositeur, vers une sérénité retrouvée. L’ensemble final reprend en un écho joyeux le constat plein de sagesse de celui qui vient d’être berné, « le monde entier est une farce ». Verdi quitte la scène en un vibrant paradoxe : son dernier coup de théâtre.

Falstaff, opéra de Verdi de 1893, était présenté au festival de Saint-Céré en 2015.

Falstaff, opéra de Verdi de 1893, était présenté au festival de Saint-Céré en 2015.

Un changement de regard

Sir John Falstaff est un épicurien qui vit dans l’instant et aime avant tout bien boire et bien manger. Ce personnage irrévérencieux et truculent incarne une rupture radicale avec la gravité bouleversante d’autres figures inventées par Verdi, et habituellement placées au centre de ses opéras. Le farceur ne peut payer sa note à l’auberge et écrit deux lettres d’amour identiques à deux bourgeoises, Alice Ford et Meg Page. La manœuvre, par-delà la tentative dérisoire de séduire encore, est avant tout destinée à trouver de l’argent. Les deux femmes comparent les missives et décident de prendre au piège celui qui s’est moqué d’elles. La vengeance explose en farce. Invité par Alice, l’arroseur arrosé se retrouve, après l’arrivée du mari, dans un panier de linge que l’on jette dans la Tamise.

La vengeance explose en farce. Invité par Alice, l’arroseur arrosé se retrouve, après l’arrivée du mari, dans un panier de linge que l’on jette dans la Tamise

La légèreté devenue possible s’imprime aussi dans les amours de Fenton et de Nanetta. Leur histoire n’a rien de tourmenté ni de vraiment impossible et Verdi a composé quelques pages lumineuses pour de courts duos aux aigus extatiques, et particulièrement sur une rencontre sous la lune, d’une beauté irréelle. Anaïs Constans et Laurent Galabru apportent à ces rôles juvéniles et insouciants leurs présences poétiques et des timbres remplis de grâce.

falstaff 2

C’est aussi une œuvre qui montre que l’amour peut être frivole.

Falstaff était interprété à Saint-Céré pendant l’été 2015, et durant la tournée du spectacle en mars 2016, dans la version française d’Arrigo Boito, librettiste de Verdi pour ses deux derniers opéras, et compositeur génial de Mefistofele (1868). Giuseppe Verdi avait une profonde connaissance de la musicalité et de la respiration de notre langue puisqu’il avait créé deux de ses opéras, Les vêpres siciliennes (1855) et Don Carlos (1867) en français à l’Opéra de Paris. Sa dernière œuvre a été jouée pour la première fois en italien à la Scala de Milan, mais sa traduction par l’auteur du livret lui donne une authenticité et une légitimité. Les mots dessinent de nouveaux contours et imposent d’autres couleurs à la partition, et une théâtralité différente, ce qui contribue à la modification de point de vue sur l’œuvre de Verdi.

Tout s’achève en carnaval

Dans La Traviata, le carnaval ne fait que passer, comme une réminiscence, durant l’agonie finale de Violetta. Il occupe une place centrale dans Falstaff, en enveloppant la frénésie du jeu. Olivier Desbordes épouse dans sa mise en scène le rythme et l’urgence de cette comédie, dans une énergie de tous les instants. Il s’inspire du théâtre élisabéthain en jouant les différentes actions sur des tréteaux, en un permanent effet de théâtre dans le théâtre. On se déguise énormément. Plusieurs personnages d’autres opéras de Verdi sont convoqués dans une confusion des registres. Ford, dans son discours de mari jaloux, prend les airs manipulateurs de Iago dans Otello .

falstaff

Ce dupeur dupé nous entraîne dans un monde d’apparences fragiles, à la fois insaisissable et porteur d’espoir.

Olivier Desbordes s’inspire du théâtre élisabéthain en jouant les différentes actions sur des tréteaux, en un permanent effet de théâtre dans le théâtre

La mascarade fait partie intégrante du livret. Le texte de Shakespeare implique ce plaisir du jeu et avait déjà fait l’objet d’un opéra allemand d’Otto Nicolai, tout aussi réjouissant, Die Lustigen Weiber von Windsor  (1849). Mrs Quickly joue un rôle de démiurge en donnant l’invitation d’Alice à Falstaff, et en exagérant de manière obséquieuse le trouble ressenti par celle qui l’envoie. Elle se prosterne sur le mot « Révérence », qui descend dans des sonorités graves et caverneuses pour un bel effet comique. Sarah Laulan insuffle à cette figure un tempérament impressionnant et un bonheur communicatif d’être sur le plateau. Elle participera à un événement en octobre prochain à l’opéra de Rennes : la création mondiale de L’ombre de Venceslao de Martin Matalon, d’après une pièce de Copi, sur un livret et dans une mise en scène de l’immense Jorge Lavelli. Ford a également recours à un travestissement vertigineux, en se présentant sous un faux nom à Falstaff, pour lui demander de courtiser sa propre femme dans le but de mieux l’approcher ensuite. C’est le triomphe d’un théâtre démultiplié !

falstaff

Dans l’ivresse de cette fin heureuse, Falstaff conclut « le monde entier est une farce », repris en une fugue tourbillonnante par toute la troupe.

Le paroxysme du désordre est atteint dans la scène finale. Falstaff est invité, à minuit, dans le parc de Windsor, qui rappelle à cette heure de la nuit la forêt du Songe d’une nuit d’été. Tous les protagonistes apparaissent costumés en elfes et en lutins, pour forcer le convive indélicat à demander pardon sous l’effet de la terreur. C’est dans ce contexte fantasmagorique que Fenton épouse Nanetta, en triomphant des résistances du père, vaincu par les masques. Ce cadre onirique réserve à Anaïs Constans une mélodie d’une beauté à tomber à genoux, de ces moments qui, à l’opéra, font couler des larmes de bonheur, dans l’envol et la perfection d’une note ineffable.

Dans l’ivresse de cette fin heureuse, Falstaff conclut « le monde entier est une farce », repris en une fugue tourbillonnante par toute la troupe

Dans l’ivresse de cette fin heureuse, Falstaff conclut « le monde entier est une farce », repris en une fugue tourbillonnante par toute la troupe. Christophe Lacassagne donne au rôle-titre toute la profondeur de son timbre et construit un personnage exubérant et pétri d’humanité. Un artiste ne nourrit-il pas son interprétation de tous les rôles qu’il porte en lui ? Ce dupeur dupé nous entraîne dans un monde d’apparences fragiles, à la fois insaisissable et porteur d’espoir. Ce magnifique artiste sera Germont dans La Traviata de cet été à Saint-Céré : un rôle énorme, à la mesure de sa sensibilité, après ses incarnations mémorables d’autres pères, dans Rigoletto (2011) et dans Lost in the Stars (2012).

Texte : Christophe Gervot

Photos : Nelly Blaya

Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

map

#Veille01 : nuages de mots, alternatives et antipodes...

Christophe Gervot est le spécialiste opéra de Fragil. Du théâtre Graslin à la Scala de Milan, il parcourt les scènes d'Europe pour interviewer celles et ceux qui font l'actualité de l'opéra du XXIe siècle. Et oui l'opéra, c'est vivant ! En témoignent ses live-reports aussi pertinents que percutants.

L'édito

Ne pas se faire manger

Alors que Jet FM fête ses 30 ans, le média Fragil, engagé à poser un regard alternatif sur l’actu culture et société, célèbre ses 14 ans d’existence avec un site refait à neuf. Dépoussiéré, responsive, ce nouveau portail met en lumière l’éducation aux médias et aux outils numériques menée au quotidien par Fragil, pan mal connu de vous lecteur, en plus de rendre justice, enfin, au talent de nos photographes et artisans de l’image. D’autres nouveautés sont à découvrir au gré des clics…A vous de jouer !

Parmi elles, les articles en une cette semaine. Où les majors gagnent du terrain dans la course au pressage des vinyles face aux labels indé, où les militants anti-corrida alertent sur la barbarie d’une pratique encore légale dans l’Hexagone et où le pilote de Taxi-Jet souligne le pas de côté constant de Jet la radio curieuse.

Objectif : ne pas se faire manger, prendre position, se démarquer.

2016
juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

L’industrie du vinyle : l’objet d’art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23
Le jazz est-il encore possible

Le jazz est encore possible !

20
map

#Veille01 : nuages de mots, alternatives et antipodes...

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03
hellfest bannière

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27
Doc Gyneco

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20
photo-saint-pierre-fragil-01

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13
bancgt

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29
Cabaret-Olivier-Desbordes

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29
Entre-les-lignes-valises

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21
Slogan-loi-travail-nantes-FRAGIL

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21
modigliani-lille-lam-fragil

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16
ibrahim-maalouf-nantes-fragil

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15
gentlemen-dub

Gentlemen du dub (not) only

15
Nuit-debout-nantes

Rêve général

15
Louise-attaque6

Louise contre-attaque

mars
11
BANlarge

Do you speak Irakien ?

février
19
banlarge

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05
banlarge

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
avril
12
une

"Sous les pavés, la plage !"